BRM 600 Grenoble, de l’Isère à la vallée de l’Allier

Le samedi 16 et dimanche 17 juin,

 

Comment ne pas commencer par remercier Jean-Philippe pour l’organisation de ce brevet, après un faux départ le 5-6 juin. Cette fois le départ est donné samedi 16 à 4h10 de la place Sfax.

Nous ne sommes qu’une poignée, en fait à vrai dire peu importe …

C’est une première pour moi, jamais je ne suis parti pour faire autant de kilomètres à vélo, jamais autant d’heure de selle, étonnamment je suis plutôt détendu et assez « zen ». Le délai pour rentrer est assez large pour ne pas avoir trop de stress.

Bon entendons-nous bien je ne fais pas non plus le malin, surtout que Patrick Gilles a eu la bonne idée de dire à Pascal Bride que l’on pourrait rouler ensemble, bon ok mais en fait lui c’est de l’expérience en ultracyclisme à gogo et un physique hors norme, moi ben je l’ai déjà dit jamais plus de 330km pour le tour du Mt Blanc 2014…. Alors !

Nous voilà parti tranquillement tous ensemble pour passer les zones en travaux de la voie verte en sortant de Grenoble (jamais ils n’ont fait du vélo ceux qui gère ça …), rien de grave me direz-vous ! Sauf que je n’aime pas trop un risque de crevaison +++ au bout de 5km !!!

Allez 30km de plat voir plat descendant pour rejoindre Vinay, on reste assez groupé sauf 1 il s’appelle Pascal vous savez celui avec qui je dois je devrais enfin peut être le reverrai-je pas… Patrick m’avait prévenu, pourtant on roule assez vite sur cette voie verte de nuit alors que nous avons tout de même 600km à faire, les lumières rouges de Pascal continuent de nous distancer, je reste avec le groupe jusqu’à la fin de la voie verte en me disant que le route est encore très longue … je m’arrête et laisse filer le groupe.

Vinay aller, en sortant de la voie verte nous sommes direct dans le vif du sujet, un petit talus, après mon arrêt je rattrape le groupe qui n’en est plus chacun rentre dans son truc …

Un mot et un petit signe à Jean-Philippe et très vite je me retrouve seul, et j’aime bien. Les choses se mettent en place, le rythme, le ravito, hydratation … des petits gestes qui vont rythmer la journée, et la prochaine nuit, le jour se lève tranquillement je pointe à Hauterives, les questions de Jean-Philippe sont parfois … pas simples lol enfin là ça va.

A priori j’avance plutôt bien, mon compteur m’indique juste les directions à suivre et le reste du temps il est en veille. Ça me convient parfaitement bien comme ça. Jusqu’à St Vallier et l’entrée de la vallée de la Cance le parcours est facile, 2 tours de rond point à St Vallier avec un doute sur le tunnel 😉 Alors que Jean-Philippe avait bien précisé dans le repérage de prendre à droite et pas le tunnel …

Il fait bon, la vallée de la Cance est toujours aussi magnifique, je suis en Ardèche c’est beau (Jean-Philippe ne cherche pas les plus beaux paysages c’est en Ardèche 🙂 ).

Annonay pointage 120km d’effacés, rien de particulier les jambes tournent bien presque mieux qu’au départ, le rythme est en revanche assez élevé il me semble. Sortie d’Annonay on attaque le faux plat montant pour rejoindre Saint Marcel les Annonay et ensuite le col de la république enfin pas tout à fait jusqu’en haut, en revanche j’ai oublié en sortant d’Annonay je rejoins Pascal, il a fait un stop changement d’équipement à Annonay, à cette faveur je le rejoins. Bon il ne me faut pas plus de quelques minutes pour me dire : euh là à ce rythme dans la légère montée je vais y exploser avant la fin !!! Pascal est posé sur les prolongateurs et ils tournent les jambes comment dire … vite et surtout efficacement. Là pour être honnête à plusieurs reprises je me dis laisse faire …

On arrive dans le col de la république et je me sens mieux, enfin sauf en haut où Pascal relance, ou c’est moi qui faibli ??? bref on a pas trainé en route.

Saint Genest Malifaux on fait une halte pour remplir les gourdes, je prends un KF, notre binôme (tu ne m’en voudras pas Pascal 😉 prend forme. Enfin encore une fois rendons à César … Pascal joue la locomotive de luxe et j’essaie de rester dans sa roue, bon je ne rechigne pas à passer on est bien d’accord mais le Pascal ben tant qu’il n’a pas « décidé » de vous laisser passer vous rester derrière basta !

Globalement on a le vent de face, descente sur Firminy vent de face on ne traine pas en faisant une descente rapide 52×12 pas suffisant lol (55km/h)

Euh Pascal on a encore plus de 400km à faire …

Au moins je ne me pose pas trop de questions, il a de l’expérience j’en profite allégrement et on verra plus tard.

La partie Saint Bonnet le château la Chaise dieu est vraiment usante vent et petit talus sans arrêt on essaie de bien se relayer néanmoins Pascal assure l’essentiel du travail, encore merci à lui seul j’aurai été incapable de rouler à ces allures.

Brioude un peu plus de 270km de fait en 10h pause comprise, on décide de manger un bout, une bonne assiette de pâte carbo une boisson fraiche environ 35’ de pause.

Nous voilà reparti pour la vallée de l’Allier avec vent favorable cette fois enfin normalement, le binôme fonctionne plutôt bien. La montée vers Saugues n’a pas été simple pour moi, un coup de moins bien un peu plus de chaleur le contre coup du repas et du départ, bref je ne sais pas trop, j’avance au mieux, Pascal s’éloigne à cet instant je me dis que je ne le reverrai plus et aucun problème…

Au contrôle de Saugues Pascal est là à m’attendre, il n’a pas l’air super non plus, pause Coca à Sauges où l’aubergiste ne nous croit pas lorsqu’on lui dit que l’on rentre à Grenoble J je sors mon carton, il reste perplexe non seulement on rentre à Grenoble mais en plus on vient de Grenoble,  s’en est trop pour lui. On repart, je vois encore son air dubitatif à travers son regard.

Bizarrement après Saugues, je retrouve des couleurs, Pascal rentre un peu dans le dur, Il n’empêche sur le vélo les 28 de moy sont toujours là outch, les bosses s’enchainent et l’un comme l’autre nous sommes surpris du dénivelé global.

Dorénavant j’assure un peu plus de relais, les jambes vont toujours bien, je commence à penser à la nuit et encore une fois ça me rassure de faire route avec Pascal car je ne connais pas ça en vélo jamais rouler une nuit entière … En attendant on rejoint le Puy, Pascal n’est pas extra en revanche en homme d’expérience il ne bronche pas et s’accroche tant et plus.

 Au Puy vu l’heure on décide de manger car ensuite trouver un endroit pour se restaurer ne parait pas évident. Un Kebab pour Pascal 1/3 de pizza pour moi un kf l’addition et un doggy bag lol… Nos voisins ont des regards interrogatifs, c’est assez drôle surtout quand Pascal leur dit on rentre sur Grenoble lol Le père de famille vient voir nos vélos et nous dit presque gêner « ben moi quand je fais 20kms je suis fatigué » … Juste pour moi c’est la dernière fois où je vais manger !!!

Après le Puy je sais un peu ce qu’il nous attend, ce n’est pas simple surtout avec la nuit qui approche rapidement.  Il faut rejoindre St Agrève et ce sera quasiment sans répit. De mon côté, étonnamment tout va bien, pas vraiment de douleurs, pas froid, jusque là hydratation alimentation Ok.

Nous nous arrêtons un peu au milieu de nulle part pour se mettre en condition nuit.

Mars nous voilà, St Agrève nous allons pouvoir profiter de la descente. En revanche, la descente St Agrève Désaignes de nuit rien de très évident, Pascal est fatigué on s’arrête régulièrement, on va finir ensemble basta, comme je lui dis, tout à l’heure ce sera certainement mon tour d’être moins bien.

Lamastre pointage, Jean-Philippe toujours pas compris les réponses possibles lol. Ensuite je connais et en fait ça ne descend pas, on avance moins vite, enfin on plonge dans la vallée du Rhône, Tournon des bars sont encore ouverts il est à peine minuit, on a envie d’un thé, on s’arrête pas de chance ils ne servent plus de chaud en même temps autour ils sont plus à la bière au vin et autres alcools … Beaucoup de jeunes, ils nous regardent en souriant, ils ont eus des choses à raconter samedi soir en boite 🙂 2 hurluberlus  qui débarquent de nulle part avec leur vélo et qui repartent presque aussitôt, bon je vous ai menti à Tournon j’ai pris une boule de glace vanille,  on prend une photo et on l’envoie à Patrick 😉

C’est pas le tout mais il reste 100 pitons pour finir le truc. Nous sommes au cœur de la nuit et les sensations sont étranges, difficile à décrire, contrôle de St Donat

La question de Jean-Philippe nous prend bien 5’ lol ok on est plus bien frais et on prend une photo pour assurer le coup …

Il nous reste un  dernier col, pour Pascal il n’arrive jamais, une certaine lassitude nous gagne, on a envie de basculer et de terminer.

Vinay retour : jolie performance alors que l’on fait route commune depuis de nombreuses heures on arrive à ce perdre chacun de notre côté (à priori on est plus bien frais) je jardine un bon moment dans Vinay, demande aux gendarmes pour rejoindre la voie verte, ben ils ne savent pas, j’arrive à retrouver cette fichue voie verte. Évidemment Pascal a du filer vu le temps que j’ai perdu, je suis en colère après moi … pour ceux qui me connaissent c’est une habitude sur les ultras à pied j’arrive à me perdre là où personne ne se perd !!!

Au final on se retrouve avec un collègue à lui pour finir ensemble et heureux d’avoir partagé ce brevet.

Vraiment heureux d’avoir pu vivre ce brevet avec Pascal, juste un grand merci à ma chérie Caroline qui me soutient dans tous mes projets, merci à Patrick Gilles pour les échanges riches que nous avons, merci particulier à Dom, et un mot pour mon président et surtout ami du club cyclosportif Couxois Jérome pour les nombreux entrainements partagés ensemble. Préinscription Paris-Brest-Paris 2019 Ok.

Merci pour les photos Pascal

https://www.strava.com/activities/1643428484

3 Replies to “BRM 600 Grenoble, de l’Isère à la vallée de l’Allier”

  1. Voilà un BRM rondement mené et un récit qui retranscrit bien tout ce qui peut se passer sur une telle aventure. Pour un baptême du feu c’est plutôt réussi. Avec un capitaine de route comme Pascal, il ne pouvait en être autrement ! Sympa au passage ce nouveau site.

  2. Dominique Bard says: Reply

    Et bien voila une bonne chose de faite!
    Bravo pour le brevet et bravo aussi pour ce site qui va nous faire rêver…enfin j’espère car en Ardèche pour rêver il faut quand même avoir de l’imagination!!
    Calmez-vous les Ardéchois!! Si je dis ça c’est que je vous aime bien.
    Sinon, si un jour tu veux venir rouler avec moi ça sera une immense joie que de te faire découvrir de belles routes Drômoises.
    Je suis juste au regret de ne pas pouvoir t’accompagner sur ce genre de truc. Un jour peut-être.

    1. Très bientôt je viens faire une belle sortie Drômoise avec toi Dom

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.